X

S'inscrire sur eSportActu


En créant votre compte vous acceptez les Conditions Générales d'Utilisation du site.
X

Se connecter sur eSportActu

Mot de passe oublié ?


X

Renvoyer un mot de passe

Votre e-mail

A SUIVRE

Actualité

icone lol

Édito : L'Esport français se prend-il trop au sérieux ?

  • 02 décembre 2013
  • icone commentaire0 commentaire
  • icone vue22972
Difficile d'y échapper. Depuis qu'ils ont quitté Millenium on ne parle plus que de Lege, Tweekz, Ogar et boblegob et leur association avec Zerator a relancé une nouvelle fois la polémique autour de son MMC alors que les choses commençaient tout juste à se calmer. Il n'est nullement question ici de se joindre à la bronca populaire qui accable la bande de streamers depuis son passage chez Eclypsia ; quelque soit notre avis sur la question, ce n'est pas le fait que des streamers professionnels passent de Millenium à Eclypsia qui est intéressant mais tout simplement le fait que ces streamers professionnels existent.
 

La professionnalisation de l'esport français


Jusqu'à la sortie de Starcraft II, les professionnels de l'esport étaient plutôt rares en France : ToD, Elky à une époque (mais il avait dû s'expatrier) et c'est à peu près tout. En élargissant à toute l'Europe et tous les jeux on pouvait compter entre 20 et 40 pros sur la période 2006-2009 dont une bonne partie en Suède ou en Allemagne. Dans un tel contexte, inutile de dire que les commentateurs professionnels étaient quasiment inexistants : ce n'est pas avec 1 week-end de stream tous les 2 mois que l'on remplit le frigo. En plus de provoquer un boom de l'esport occidental, les sorties de SC2 puis de LoL et de DotA 2 ont permis l'émergence des plateformes de streaming qui ont elles-mêmes rendu bien plus facile la diffusion des tournois mais aussi permis à tout un chacun de se streamer.

Si Twitch permet aujourd'hui à quelques (ex-)joueurs pros de vivre confortablement grâce aux revenus publicitaires et si le nombre de commentateurs professionnels (qu'ils soient affiliés à un organisateur de tournois ou pas) n'a cessé de croître sur les 3 disciplines phares de l'esport, les premiers se contentent de streamer leur ladder et les seconds de commenter des tournois. À part en Corée, il n'existait pas jusqu'à fort récemment d'animateurs/présentateurs travaillant à temps plein pour une télévision ou une WebTV spécialisée dans l'esport ni de WebTV pro tout court.

Vous pouvez chercher autant que vous le voulez, Millenium et Eclypsia n'ont pas d'équivalent en Occident. Les structures qui ont leur propre WebTV sont déjà plutôt rares (la plupart se contentent de faire de la pub aux streams persos de leurs joueurs) et quand elles en ont, elles ne servent qu'à suivre les matchs de leur équipe comme c'était le cas de la M TV jusqu'à fort récemment. L'Esport se porterait-il si bien en France que l'on en soit déjà à rémunérer des streamers professionnels (que je distingue dans cet article des commentateurs professionnels qui ne font que du commentaire de tournoi là où les streamers font de tout) ?

En toute logique, la professionnalisation de l'esport (ou de toute autre discipline d'ailleurs) doit se faire progressivement : l'arrivée de nouveaux sponsors permet aux équipes de salarier des joueurs jusque-là amateurs ou semi-pros et aux organisateurs de mieux doter leurs événements. Cette première vague de professionnalisation est suivie d'une deuxième qui touche les acteurs gravitant autour de ces joueurs (coach, managers, analystes,...) ainsi qu'une poignée de commentateurs assez doués pour s'imposer dans leur discipline et être soit invités régulièrement par les organisateurs (comme Day9) soit carrément affiliés à un organisateur (comme Joe Miller). À la toute fin, la professionnalisation touchera les rédacteurs et les WebTV qui pourraient devenir de véritables chaînes de télévision sur Internet dédiées à l'esport.

Bonne nouvelle chers lecteurs, nous en sommes visiblement déjà à la phase 3 en France en 2013, dépassant ainsi le monde entier à l'exception de la Corée (où OGN et feu MBC sont actives depuis des années) ! Le nombre d'équipes (une dizaine) et de joueurs pro (au bas mot une centaine !) n'a cessé de croître ces derniers mois et nos cyber-athlètes préférés raflent toutes les médailles.


Un constat accablant


Ah bah non en fait. Depuis la sortie de SC2 l'esport français ne s'est jamais porté aussi mal qu'en cette fin d'année 2013. Si sur SC2 Millenium sauve un peu la mise (mais avec une majorité de joueurs étrangers), la scène française de LoL est définitivement devenue une vaste blague et ne fait parler d'elle que pour ses dramas. Il y a de bons joueurs et même de bonnes équipes mais aucune qui n'appartienne à une structure à l'heure actuelle et elles sont d'une instabilité confondante). Quant à la relation entre DotA et la France, ell a toujours été très compliquée même si aAa tente d'aller de l'avant.

Combien y a-t-il de joueurs pros en France tous jeux confondus  ? Les 5 Millenium (on va faire comme s'ils n'avaient pas encore quitté la structure), hyrqBot, sOAZ et YellOwStaR pour LoL, Daishy, Adel, ToD (mais il est de plus en plus commentateur et de moins en moins joueur) et MarineLord sur SC2 et les aAa sur DotA 2 (même si ça ne doit pas être Byzance à la Gaming House aAa). Ce qui nous fait 16 personnes. Inutile de dire qu'en additionnant les streamers pros de Millenium, Eclypsia et O'Gaming on dépasse largement ce nombre ce qui fait de la France le premier pays au monde où il y a plus de streamers que de joueurs pros !

Cette situation a une double origine. D'une part certaines personnes (streamers mais aussi rédacteurs) se sont mises en tête qu'elles allaient vivre de l'esport alors que l'esport français n'a clairement pas l'envergure suffisante pour qu'autant d'acteurs annexes soient professionnels (d'où le recours à des pratiques plus que douteuses comme les MMC et les streams embed), d'autre part Dailymotion et sa permissivité ont permis à des structures qui n'auraient jamais songé à faire des bénéfices il y a seulement 2 ans de brasser des sommes assez colossales (pour l'esport) en se diversifiant, transformant l'esport français en course à l'audience et en le détournant de son essence même : les joueurs. Millenium pourrait virer ses équipes demain que ça ne changerait pas grand chose à ses audiences et donc ses revenus. Avec ses consœurs, la structure marseillaise a réussi à convaincre le public français que Zerator méritait davantage un salaire que Nono, que Chips et Skyyart étaient des porte-étendards bien plus qualifiés que HaRts et Dayshi.
 

De plus en plus d'argent mais pour qui ?


L'amour que je porte aux sites d'équipes qui font de l'actu généraliste n'est pas un secret mais je peux comprendre la démarche de diversification tant qu'elle vise à dégager plus de fonds pour ses joueurs et équipes or Eclypsia a viré les siennes depuis de nombreux mois et Millenium met chaque jour un peu plus l'accent sur ses WebTV. En répondant à une demande qui n'existait pas (le monde entier se passe très bien des émissions de Millenium et d'Eclypsia), ces deux structures ont certes accru de manière spectaculaire leurs rentrées d'argent mais ont dans le même temps diminué de manière significative le pourcentage de l'argent circulant dans l'esport français dédié à ses acteurs principaux : les joueurs.

Lege a révélé peu après son arrivée chez Eclypsia qu'il avait déjà été approché 6 mois avant par la structure qui lui avait proposé 3000€ par mois. Quel joueur pro en France gagne plus de 3000€ par mois ? Aucun à part les 3 qui participent aux LCS. En décidant de donner la priorité aux WebTV, on (les structures qui profitent des largesses de Dailymotion mais aussi les spectateurs qui suivent en masse ces WebTV) fait plus de tort que de bien à l'esport français. La grande majorité de l'argent qui circule passe par Millenium, Eclypsia et O'Gaming or une seule de ces trois entités possède des équipes et il devient quasiment impossible d'exister autrement qu'à un niveau amateur à côté de ces mastodontes sauf à bénéficier des dons d'un mécène ou à se qualifier pour les LCS.

Deux équipes francophones participeront aux qualifications pour les LCS, toutes deux sans structure et si on regarde sur d'autres jeux, l'immortel HaRts vient de remporter l'ESWC (il n'y avait certes pas tout le gratin mondial à l'événement) avec le maillot de Mystik, modeste structure française au mieux semi-pro (et on parle de CS:GO pas de TF2) tandis que les joueurs de VeryGames viennent de quitter leur structure historique car celle-ci ne pouvait pas se permettre de financer une équipe pro et une Gaming House. Qui en France a les reins assez solides pour donner à ces 4 équipes ce qu'elles demandent à part O'Gaming (qui ne semble pas intéressé par les équipes), Eclypsia (dont le patron a récemment laissé sous-entendre qu'il verrait bien une équipe EC en LCS sans en dire plus) et Millenium ?

Ce n'est pas d'émissions dont l'esport français a besoin mais de plus de moyens pour lancer des tournois et permettre à des joueurs de devenir pros sans qu'ils aient à s'expatrier. Qu'apportent Lege, Tweekz et Zerator à l'esport qu'ils méritent de gagner plusieurs milliers d'euros par mois ? Vu l'état de la scène française, elle peut tout juste se permettre 2-3 commentateurs vedettes qui vivent en commentant quelques grands tournois et une dizaine voire une vingtaine de streamers amateurs qui arrondissent leurs fin de mois en streamant quelques heures par semaine le soir depuis leur chambre en rentrant du travail ou de l'école.
 

En guise de conclusion


Le problème de l'esport français est qu'il se prend beaucoup trop au sérieux ou plutôt certains de ses acteurs se prennent beaucoup trop au sérieux, voulant faire d'une activité qui devrait rester amateur un métier. Je l'ai déjà mentionné un peu plus haut mais les streamers ne sont pas les seuls concernés puisque la majorité des rédacteurs français veulent maintenant toucher de l'argent qu'il s'agisse d'une petite prime mensuelle ou d'un vrai salaire.

Si encore cette professionnalisation s'accompagnait d'une augmentation de la qualité du contenu pourquoi pas mais ce n'est absolument pas le cas. Je ne me permettrai pas de juger les WebTV puisque ce qu'elles proposent ne m'intéresse pas mais le rédactionnel atteint un niveau abyssal en France en 2013. À titre personnel, j'estime que les bons rédacteurs en activité se comptent sur les doigts d'une seule main (je laisse de côté les rédacs d'Esportactu pour éviter un inutile débat sur l'impartialité d'un tel "classement") : Lelfe, Kere, Drou, Rogaaajj et peut-être l'un ou l'autre rédacteur officiant sur un jeu moins médiatisé. La professionnalisation des rédacteurs a augmenté le nombre d'articles publiés mais en terme de qualité on est loin du compte et les rares articles un tant soit peu travaillés sont, du coup, noyés dans la masse.

Ce n'est, pour moi, pas un hasard si l'esport français a commencé à décliner quand les WebTV ont pris leur essor il y a environ un an et il serait bon que certains se souviennent des vraies priorités au lieu de gaspiller leur temps et leur argent dans des WebTV qui n'apportent rien à personne sauf à ceux qui en vivent. Bien sûr que le retour à des WebTV traditionnelles (un peu de stream de ladder de la part des joueurs de la structure et du commentaire de tournoi) signifierait moins d'argent mais cet argent n'est de toute façon pas investi dans les équipes. Quand la scène française aura la taille de son homologue coréenne elle pourra se permettre d'avoir des WebTV pros avec des streamers pros et une grille de programmes, d'ici là qu'elle essaye plutôt de combler son retard sur l'Allemagne et la Suède au lieu de créer des émissions qui sont à l'esport ce que la téléréalité est aux chaînes hertziennes, un parasite inutile mais populaire.

Infos auteur

Partager l'article


Plus d'infos

 

Vos réactions (0)

    Signaler le commentaireX

    Veuillez vous connecter pour signaler le commentaire.

    EsportActu est un site indépendant dédié à l’actualité eSportive. Avec plus de 20 000 visiteurs uniques par mois, eSportActu est une des communautés les plus passionnées et engagées de l’Internet Français. C’est grâce à vous que nous sommes là, merci.

    Staff Nous contacter Travailler avec nous

    Site map

    Actualités Joueurs Equipes Compétitions Matchs Streams

    Réseaux sociaux

    Derniers commentaires

    Esportactu.fr © Tous Droits Réservés. Toute reproduction sans autorisation explicite est interdite.
    Site Web conçu et réalisé par Stéphane Sanchez et Damien Dauge.